Après 3 ans et demi de préparation, le Royaume-Uni sort de l’Union européenne. Une nouvelle période de transition s’ouvre jusqu’au 31 décembre 2020. 11 mois, prolongeables, au cours desquels les anciens partenaires tenteront de s'accorder sur leurs nouvelles relations.

Retrouvez sur cette page les dernières analyses sur le Brexit des experts de Natixis IM et en comprendre les conséquences sur les marchés financiers.
NOUVELLE PHASE DU BREXIT





Nuno Teixeira, Directeur de gestion cross-asset,
Natixis IM Solutions.
 
BREXIT : QUOI DE NEUF POUR VOTRE EPARGNE ?
Votre placement est géré par une société britannique ? Vous détenez des actions britanniques ? La sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne interviendra ce vendredi 31 janvier à minuit. Le Brexit change-t-il quelque chose pour vos placements ?

Aucun impact à court terme

Le 24 juin 2016, le Royaume-Uni (RU) avait fait part de sa volonté de quitter l’Union européenne (UE). Le Brexit annoncé va finalement se faire, sur la base de l’accord de sortie négocié avec l’UE le 17 octobre 2019.
Si ce scénario est confirmé par les parlements britannique et européen, une période de transition commencera le 1er février 2020 jusqu’à la fin de l’année 2020, pendant laquelle le RU continuera à être soumis au droit européen. Dans ce cas, il n’y aura aucun impact au niveau réglementaire pour les épargnants avant fin 2020, ou jusqu’à la conclusion d’un nouvel accord EU-RU régissant les produits financiers si celui est finalisé avant la fin 2020.

​Lire la suite de l'article sur le site de l'AMF.
BREXIT – C’EST AUJOURD'HUI MAIS L'INCERTITUDE DEMEURE





Philippe Waechter, Directeur de la recherche économique chez Ostrum Asset Management.
 
 Le 31 janvier 2020
Le Brexit est avant tout un choix politique qui traduit la volonté des Britanniques de se réapproprier leur capacité à décider. C’est par ce prisme qu’il faut analyser leur décision de quitter l’Union européenne. L’appartenance à l’Union européenne a été perçue comme pénalisante par la société britannique.
Ce n’est en aucun cas un choix conditionné principalement par des considérations économiques. Que celles ci aient pu être utilisées pour peser sur les orientations est une chose, mais supposer que ce soit d’abord un choix économique avant une volonté politique n’est pas pertinent.

D’ailleurs, lors de la campagne pour le référendum du 23 juin 2016, l’argument économique suggérant un risque fort sur la croissance en cas de Brexit n’a pas fait bouger les lignes. Les scenarii, développés par la London School of Economics ou par le Trésor, indiquant une forte contraction du PIB n’ont pas porté. Le risque économique n’a jamais réussi à compenser la volonté politique.
A l’époque, le cœur des discussions ne portaient pas sur l’impact économique du référendum mais sur l’autonomie politique qu’il permettait notamment dans les choix sur la politique migratoire. La presse s’est fait l’écho de ce choix puisque l’argument économique n’a jamais réussi à faire la “une” dans la durée.


Retrouvez l'analyse complète de Philippe Waechter. 
POINT SUR LE BREXIT
Le 17 janvier 2020
 
Le Royaume-Uni est censé sortir de l’Union européenne (UE) avec un accord le 31 janvier 2020. Passé cette date, le pays ne fera plus partie des instances décisionnelles de l’UE. Il entrera alors dans une phase de transition jusqu’au 31 décembre 2020, conçue pour préserver la continuité des activités et des opérations et au cours de laquelle les règles européennes resteront en vigueur. Il est encore difficile de dire à quoi ressemblera la relation UE-Royaume-Uni par la suite, repoussant ainsi tous les risques identifiés d’un Brexit sans accord au 31 décembre 2020.
 
Accord de retrait
 
Bien qu’aux termes de l’Accord de retrait la sortie de l’Union au 31 janvier 2020 doive encore être ratifiée par les Parlements européen et britannique, il semble désormais, selon toute probabilité, que ce processus ira à son terme. Au Royaume-Uni, la Chambre des Lords a engagé cette semaine le processus d’adoption du projet de loi sur le Brexit, après son approbation la semaine dernière par la Chambre des Communes. Dernière étape qui ne devrait être qu’une formalité : la ratification par le Parlement européen prévue le 29 janvier 2020.
 
Plan d'urgence :

Sachant maintenant que le Royaume-Uni sortira de l’UE avec un accord, toutes les mesures prises aux niveaux national et européen en cas de « no deal » (absence d’accord) n’ont plus lieu d’être :
  • Équivalence des contreparties centrales (CPC) et des dépositaires centraux de titres (DCT) du Royaume-Uni : Les fonds et les établissements (financiers) de l’UE à 27 (États membres) auront accès aux CPC et aux DCT britanniques jusqu’au 31 décembre 2020. Passé cette date, de nouvelles équivalences devront avoir été décidées par la Commission pour prolonger cet accès. En outre, les CPC britanniques seront ensuite soumis au régime révisé de supervision des CPC de pays tiers (c’est-à-dire EMIR 2.2).
  • Ordonnance française relative aux mesures de préparation au Brexit en matière de services financiers / Décret français relatif au PEA : Ces textes, mis à jour pour la dernière fois le 24 mars 2019, ne sont applicables qu’en cas de sortie sans accord. Les dispositions de l’ordonnance et du décret seront nulles et inapplicables si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne le 31 janvier prochain avec un accord.
  • Obligation de négoce de titres : Les dernières déclarations de l’Autorité Européenne des Marchés Financiers (AEMF) et de la Financial Conduct Authority (FCA) sur l’obligation de négoce de titres se fondaient elles aussi sur l’hypothèse d’une sortie sans accord et seront donc nulles si le Royaume-Uni quitte l’Union européenne avec un accord.
  • Régime de permission temporaire : Pendant toute la période de transition (c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2020), les établissements et fonds des 28 États membres de l’UE continueront à bénéficier du passeport européen pour leurs activités entre le Royaume-Uni et l’Espace économique européen (EEE). Le régime de permission temporaire (RPT) adopté par le Royaume-Uni s’applique également en cas de sortie sans accord. Une clarification de la FCA est attendue pour savoir si le RPT s’appliquera toujours après le 31 décembre 2020.
Période de transition :

La période de transition doit permettre au Royaume-Uni et à l’UE de négocier les termes de leur future relation. Durant toute cette phase, la totalité du droit européen s’appliquera sous la juridiction de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE), sans toutefois que le Royaume-Uni ne siège aux organes décisionnels de l’UE (c’est-à-dire plus de commissaire britannique, plus de droit de vote au Conseil, plus d’eurodéputés britanniques au Parlement européen, plus de FCA aux réunions de l’AEMF, etc.).
 
Prolongation de la période de transition :

Cette transition, censée durer jusqu’à fin 2020, ne laisse que 11 mois pour négocier et ratifier un accord. Notez que l’Accord de retrait fixe au 1er juillet 2020 la date butoir pour solliciter une prolongation de la période de transition – cas actuellement peu probable puisque le Premier Ministre britannique Boris Johnson a juré de ne pas allonger la période de transition. Quoi qu’il en soit, la transition ne pourra se prolonger au-delà du 31 décembre 2022.
 
Relation future :
  • Côté britannique, le Premier Ministre a été clair : il n’entend pas s’aligner sur les règles de l’UE et recherche plutôt une relation fondée sur un accord de libre-échange (ALE) – une position partagée en de multiples occasions par l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, et d’autres officiels (dont Andrew Bailey), convaincus que Londres s’en sortira mieux sans les règles européennes.
  • Côté européen, la Commission a publié un premier document esquissant ce que pourrait être la future relation en matière de services financiers et de protection des données. L’UE voudra préserver son autonomie réglementaire et l’intégrité de son marché unique ; ce qui signifie la fin du passeport européen pour les acteurs britanniques du marché. Pour l’heure, on estime que la Commission cherchera à établir une relation sur fond d’ALE avec beaucoup de concertation en matière de réglementation et de surveillance, et avec un recours à des décisions d’équivalence discrétionnaires et unilatérales au cas par cas. 
Étapes suivantes :

Considérant le peu de temps restant d’ici la fin d’année pour négocier un accord exhaustif sur la future relation Royaume-Uni-UE, l’Association française de la gestion financière (AFG) entend interroger le Trésor public français sur un nouveau risque « d’absence d’accord » au 31 décembre 2020, notamment concernant l’éligibilité des titres britanniques au PEA ; tout cela dans le but d’assurer une sortie en bon ordre du Royaume-Uni de la sphère réglementaire européenne à la fin de l’année.
 
 
Sources : Natixis IM, gov.uk, legifrance.gouv.fr, esma.europa.eu, fca.org.uk, bbc.com, reuters.com, bloomberg.com, ec.europa.eu

     
POINT SUR LES LEGISLATIVES BRITANNIQUES





Nuno Teixeira, Directeur de gestion cross-asset,
Natixis IM Solutions.
 
 Le 13 décembre 2019
ELECTIONS GENERALES AU ROYAUME-UNI



Esty Dwek, Responsable de la Stratégie de marchés,
Natixis IM Solutions.
 
 Le 13 Décembre 2019
Que s'est-il passé ?
  • Comme attendu, Boris Johnson et le Parti conservateur ont remporté les élections générales d'hier, un référendum de facto sur le Brexit. Les Conservateurs ont obtenu la plus grande majorité depuis 1987, soit 362 sièges sur 650. Cela permettra à M. Johnson de passer son accord de retrait sans modification.
  • Nous nous attendons à ce que l’accord de M. Johnson soit approuvé avant le 31 janvier, et peut-être même d'ici la fin de l'année étant donné sa majorité, ce qui implique que le premier chapitre de la saga Brexit est maintenant clos. Le chapitre suivant – la période de transition – peut commencer.
  • Le parti travailliste a subi sa pire défaite depuis 1935, ne remportant que 191 sièges. M. Corbyn a donc annoncé sa démission. 
  • En parallèle de l’annonce d’un accord ‘phase un’ entre les Etats-Unis et la Chine, les marchés et le sterling ont grimpé, le câble atteignant son plus haut depuis 19 mois, atour de 1,3464 actuellement. Les actions européennes indiquent une hausse de plus de 1%, tandis que le FTSE 100 reste stable en raison de la force du sterling. Les gilts se sont retirés avec un rendement sur 10 ans atteignant 0.82%. 
Et ensuite ? 
  • Les résultats d'hier impliquent que M. Johnson « en finira avec le Brexit ». Toutefois, son plan visant à conclure un accord commercial d'ici la fin de 2020 risque de se heurter à des difficultés. En effet, le gros travail commence maintenant et il est peu probable qu'un accord, même léger, puisse être conclu en moins d'un an.
  • Le risque d'un Brexit sans transaction demeure donc, puisque M. Johnson a déclaré qu'il ne demandera pas de prolongation de la période de transition et qu'il partira sans accord commercial si nécessaire. À notre avis, ce risque demeure relativement faible et nous nous attendons à ce que sa dernière promesse se déroule comme sa promesse du 31 octobre, avec des prolongations. Les accords commerciaux ne se négocient pas aussi rapidement, et même si tout le monde aimerait en finir avec le Brexit, nous croyons que la bonne volonté maintiendra les deux parties dans les négociations. 
  • Bien que la clarté sur la situation de Brexit soit positive, 2020 restera probablement une année compliquée de négociations et de gros titres en montagnes russes. Par conséquent, une certaine incertitude persistera et les actifs britanniques et européens pourraient demeurer volatils.
  • En outre, avec cette majorité, M. Johnson devrait également réformer de nombreuses institutions et se concentrer sur relancer la croissance, qui montre de plus en plus de signes de fragilité. 
  • Enfin, avec 55 sièges remportés par le Parti national écossais, une nouvelle élection sur leur indépendance sera probablement annoncée. 
Allocations :
  • Les marchés boursiers et la livre sterling ont rebondi sur ce premier résultat et les entreprises devraient bénéficier d'une réduction de l'incertitude, mais nous croyons que des progrès sur un accord commercial complet seront nécessaires pour une nouvelle hausse, durable.  
  • La croissance au Royaume-Uni devrait également rester faible, et la Banque d'Angleterre pourrait avoir besoin de réduire ses taux l'an prochain en guise de soutien.
  • Si l'amélioration des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine se poursuit, comme nous le prévoyons, le contexte mondial continuera de s'améliorer en 2020, soutenant les actifs risqués. Même si nous croyons qu'un accord ambitieux risque de s'avérer illusoire, il est probable que des accords plus petits et des discussions continues favorisent la croissance et le commerce à l'échelle mondiale.
  • Ensemble, ces évolutions devraient soutenir les actifs européens, qui ont encore du retard à rattraper. Cependant, ils auront besoin de rendements plus élevés. Bien qu'il s'agisse de notre scénario de base, nous croyons que la hausse restera contenue étant donné une croissance encore fragile et une inflation faible.
POINT SUR LE BREXIT ET LES MARCHÉS




Esty Dwek, Responsable de la stratégie de marchés,
Natixis IM Solutions.
 
 Le 04 novembre 2019
VOTE SUR LE BREXIT #3



Esty Dwek, Responsable de la stratégie de marchés,
Natixis IM Solutions.
 
 Le 29 octobre 2019
  • Après trois refus, le Parti Travailliste britannique a finalement donné son accord pour la tenue d'élections générales anticipées entre le 9 et le 12 décembre. Le Parlement britannique votera aujourd'hui à ce sujet, mais l'approbation est désormais attendue.
  • Ces élections seront considérées comme un référendum de facto sur le Brexit et sur l'accord de Boris Johnson avec l'Union européenne.
  • La prolongation de trois mois jusqu'au 31 janvier 2020 accordée par l'UE peut être plus courte si M. Johnson parvient à obtenir l'approbation de sa version de l'accord.
  • Selon nous, M. Johnson et les Conservateurs devraient remporter les élections, et avec une majorité pour faire passer l’accord avec l'UE. D'autres options, par ordre de probabilité : l'absence de majorité et le besoin d'une coalition, augmentant ainsi le risque d’amendements ; l'absence de majorité et un deuxième référendum ; une victoire Travailliste et un deuxième référendum.
  • Le risque d'un Brexit sans accord a été pratiquement éliminé avec l'extension accordée par l'UE. De plus, M. Johnson a montré qu'il respecterait la loi, ce qui signifie que même si une autre prolongation était nécessaire, il la demanderait s'il y était contraint.
  • Nous nous attendons à ce que l'incertitude du Brexit continue de s'estomper, et nous maintenons une vue constructive sur les actifs européens.
     
POINT SUR LE BREXIT ET LES MARCHÉ





Nuno Teixeira, Directeur de gestion cross-asset,
Natixis IM Solutions.
 
 Le 25 octobre 2019
VOTE SUR LE BREXIT #2



Esty Dwek, Responsable de la stratégie de marchés,
Natixis IM Solutions.
 
 Le 24 octobre 2019
  • Le Parlement britannique a voté en faveur de l'accord de Boris Johnson (329 contre 299), mais a ensuite rejeté le calendrier accéléré de M. Johnson qui aurait voulu approuver et signer l'accord dans la semaine à venir.
  • La victoire a été remportée avec 19 voix du Parti travailliste, bien que le DUP d'Irlande du Nord ait voté contre.
  • Le rejet du calendrier accéléré signifie que le Royaume-Uni ne quittera probablement pas l'UE d'ici le 31 octobre et qu’une extension sera nécessaire pour que les députés puissent débattre et éventuellement proposer des amendements à l'accord. M. Johnson a tout de même dit à l'UE qu'il ne voulait pas de prolongement, mais il risque de ne pas avoir le choix.
  • À notre avis, les résultats possibles sont maintenant les suivants : 1) l'accord de Johnson est approuvé (avant ou après le 31 octobre) ; 2) l'accord de Johnson est approuvé, mais sujet à un deuxième référendum ; 3) les députés suggèrent trop d'amendements et M. Johnson demande des élections anticipées pour qu'il puisse adopter sa version de l'accord. Des élections anticipées sont également probables dans les deux premiers scénarios.
  • Dans l'ensemble, la probabilité que les discussions Brexit se poursuivent au-delà du 31 octobre reste élevée.
  • Le risque d'un Brexit sans-accord continue de s'estomper à notre avis, et nous maintenons notre positionnement plutôt constructif.
LES DATES CLÉS
Avertissement et mentions légales
 
Ce contenu ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite de Natixis Investment Managers International. Aucune information contenue sur ce site ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Il est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par Natixis Investment Managers International à partir de sources qu’elle estime fiables. Natixis Investment Managers International se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis.
Natixis Investment Managers International ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Document non contractuel, achevé le 04/09/2018.
 
Natixis Investment Managers International - 43, avenue Pierre Mendès-France - CS 41432 - 75648 Paris cedex 13 France – Tél. : 01 78 40 80 00. Société anonyme au capital de 51 371 060,28 euros – 329 450 738 RCS Paris - APE 6630Z - TVA : FR 203 294 507 38. Siège social : 43, avenue Pierre Mendès France - 75013 Paris - www.im.natixis.com
 
BPCE – Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 170 384 630 € - RCS Paris n°493 455 042 – Siège social : 50, avenue Pierre Mendès-France – 75201 Paris Cedex 13

 
Contact          Mentions légales
© 2019 Natixis Investment Managers International